blog

Concevoir un complément alimentaire

Interview de Pascal Vialaron, Directeur Développement Scientifique chez JLB DÉVELOPPEMENT

PASCAL VIALARON
Découvrir,
scroll

Blog - 05.05.2020

Concevoir un complément alimentaire

Lancer un complément alimentaire est un processus complexe pour lequel il faut être bien accompagné.

Découvrez l’interview de Pascal Vialaron, Directeur Développement Scientifique chez JLB DÉVELOPPEMENT, qui nous donne les clés pour un lancement de complément alimentaire réussi.

 

Pascal, pourriez-vous nous préciser le savoir-faire de JLB DÉVELOPPEMENT?

JLB DÉVELOPPEMENT est une entreprise de façonnage qui développe des produits de nutrition au sens global du terme, comprenant :

  • Les compléments alimentaires
  • Les produits diététiques
  • Les produits de nutrition spécialisée
  • Les produits de nutrition sportive
  • Les produits de nutrition infantile

Parce que nous travaillons pour les marques de nos clients, JLB DÉVELOPPEMENT ne possède pas de marque propre. Pour assurer notre mission, nous disposons de deux usines spécialisées dans les activités de mélange à sec pour l’une, dans les produits liquides à pâteux pour l’autre. Cette organisation nous permet de conditionner différents types de produits finis.

L’accompagnement de nos clients s’articule de l’amont vers l’aval, soit de la conception en laboratoire R&D jusqu’à l’accompagnement industriel, la fabrication et la livraison logistique. Les dimensions marketing et distribution du projet ne sont pas intégrées dans notre processus, puisque nous travaillons sur la partie immergée de l’iceberg, indispensable à tout lancement de produits.

 

Quel est votre rôle chez JLB DÉVELOPPEMENT ? 

Ma formation nutrition associée à une expertise des ingrédients et de nos process industriels me permet d’accompagner nos développements. En relation rapprochée avec notre R&D nous trouvons les ingrédients qui entrent dans la composition du complément alimentaire de notre client. Celui-ci va nous fournir une topographie du produit tel qu’il le veut, il nous appartient ensuite de trouver chacun des composants pour le constituer.

 

Nous recevons entre 20 et 30 demandes de faisabilité par mois, une moyenne assez intense dans le rythme de développement. En R&D, nous sommes cinq personnes à  effectuer des recherches, à construire les formules, à faire des essais et la mise au point opérationnelle. Nous disposons de nombreux outils qui nous permettent d’aller très vite lors d’une étude de faisabilité.

 

Quelles sont les grandes étapes clés pour concevoir un complément alimentaire ?

Premièrement, il est primordial de s’informer à propos du marché sur lequel on veut développer le produit et sur les attentes liées au développement de ce dernier. La mise en place d’une veille des tendances  nourrit le besoin d’innovation, tout en permettant de rester au fait des nouveautés pour pouvoir répondre aux différentes demandes client.

Deuxièmement, il faut prendre en compte le brief de développement. Deux cas de figures existent. Il peut soit avoir été mis en place en amont par le client s’il en a déjà une idée précise, soit faire l’objet d’un travail de définition avec l’équipe clientèle qui conseille la demande du client et met en adéquation avec notre faisabilité industrielle

C’est en général à la marque de fournir ce brief de développement qui indique les incontournables et les souhaits liés au produit. Cependant, si certains clients ont généralement une très bonne connaissance des ingrédients souhaités, ce n’est pas le cas de tous. 

Pour finir, nous travaillons sur le cahier des charges des produits de nos clients, une étape sur mesure réalisée ensemble, qui inclut une garantie de confidentialité, et spécificité

 

Qu’est un cahier des charges de développement ? 

Le cahier des charges de développement est un outil indispensable. Son objectif est de détailler l’origine du projet et d’expliciter, le plus précisément possible, les futures caractéristiques du produit à concevoir. Il doit contenir différentes informations essentielles :

  • L’essence du produit : si c’est un complément alimentaire, il faut que cela soit spécifié
  • La cible utilisateurs (enfant, adulte, senior, femmes, sportif)
  • Les allégations souhaitées
  • La galénique (sticks, doypack, liquide)
  • Le mode de consommation
  • Les composantes nutritionnelles
  • Le packaging
  • La date de lancement : elle permet notamment de travailler en rétroplanning et de coordonner les différentes étapes du développement 
  • Le prix cible : il est très important de prendre en compte la dimension économique du lancement produit en cohérence avec le positionnement tarifaire de l’entreprise.

Comment la réglementation impacte-t-elle un projet de compléments alimentaires ?

Évoluant depuis près de 25 ans dans ce domaine, j’ai vu la réglementation évoluer très fortement. Composante indispensable au développement, elle intervient à part entière au niveau du process de conception. Aujourd’hui, elle est là pour encadrer et bien régir ce que l’on peut faire ou ne pas faire. Elle va définir l’architecture du produit de manière précise, conditionner certains ingrédients utilisés, la façon dont on va composer la formule et la façon dont on va la vendre. 

Qu’est-ce qu’une formule théorique pour un produit diététique ? 

La formule théorique est le fruit du travail fourni par l’équipe R&D. Des fiches techniques vont être rédigées par les ingénieurs produits afin d’illustrer cette formule. Elles vont spécifier toutes les informations relatives aux ingrédients, les valeurs nutritionnelles, les allégations possibles, le mode d’emploi, les garanties en termes d’allergènes, les conditions DDM (Date de Durabilité Minimale) ou encore, les conditions de stockage. 

Vos derniers conseils pour un projet de lancement de complément alimentaire réussi ?

La notion d’échange autour de la faisabilité est extrêmement importante au départ d’un projet. C’est une relation étroite entre le client et son sous-traitant qui permettra de bien encadrer la définition du projet. Notre équipe commerciale est à l’écoute de toutes les attentes du client pour optimiser le travail interne de mise en oeuvre du projet.

Je dirais également qu’il faut surtout bien définir les données d’entrée du projet pour réussir le lancement, et obtenir l’efficacité et la réussite du produit fini !